Le Mariage pour tous
un site à plusieurs mains, homo et hétérosexuelles, pour lutter contre les peurs et les fantasmes sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe

Les faits pour le thème :

Code civil

  • « Et quel nom de famille portera l’enfant ? »

    Pour choisir le nom de famille de l’enfant, les époux ou épouses doivent se mettre d’accord. Cela peut être l’un de leurs noms ou bien les deux noms accolés dans l’ordre qu’ils auront décidé, dans la limite d’un nom de famille pour chacun d’eux. (Si l’un des adoptants porte déjà deux noms, il ne peut en transmettre qu’un seul). Le choix du nom de l’enfant n’a lieu qu’une seule fois.
    Dans le cas où aucun choix n’a été fait par les parents, l’enfant adopté portera le double nom de famille constitué du nom de chacun des adoptants accolés selon l’ordre alphabétique.
    Enfin, passé l’âge de 13 ans, l’enfant à son mot (...)

  • « Il ne faudrait pas toucher au Code civil ! »

    L’un des arguments contre le mariage pour tous les couples homosexuels est qu’il ne faudrait pas toucher au Code civil.
    Rappelons d’abord que celui-ci, promulgué par Napoléon, n’a cessé d’évoluer depuis. Il n’est pas figé, bien au contraire, et les principales modifications depuis 1804 portent justement sur le droit de la famille !
    S’il ne fallait pas toucher au Code civil :
    la famille aurait toujours pour seul chef le père
    lors de son mariage, la femme serait encore considérée comme mineure
    les femmes devraient encore obéissance à leur mari
    les femmes mariées auraient une capacité juridique (...)

Ce site a été actif entre novembre 2012 et mai 2013, pendant les débats sur la loi concernant l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe.
 
Il est, et restera, à disposition de ceux qui le souhaitent pour garder en mémoire les peurs, contre-vérités et attaques de ceux qui y étaient opposés.

Deuxième édition pour Marions-les ! ,le livre gratuit à avoir toujours sur soi, pour ne plus se laisser impressionner par contre-vérités et approximations.


Partager :

Anonymes, ils s’engagent !

|