Le Mariage pour tous
un site à plusieurs mains, homo et hétérosexuelles, pour lutter contre les peurs et les fantasmes sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe

> Ressources > Vidéos > Les débats à l’Assemblée nationale > Discussion générale

jeudi 31 janvier 2013

M.L Fort


M.L. Fort par lemariagepourtous

Mme Marie-Louise Fort.

Mesdames les ministres, monsieur et madame les rapporteurs, chers collègues, durant la campagne présidentielle, le Président Hollande avait défini son mode de gouvernance : « Pour réussir, il y a une condition à remplir,…

M. Marcel Rogemont. Faire confiance au Parlement !

Mme Marie-Louise Fort.

…l’esprit de rassemblement autour du pacte républicain ; le Président a le devoir de cohésion sociale…

M. Yann Galut. Et de respect de son programme !

Mme Marie-Louise Fort.

…et d’unité nationale, je m’y engage ».
 
On sait que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, mais aujourd’hui notre pays en but à des difficultés de chômage, de pauvreté, en situation de guerre au Mali, se trouve déchiré par ce que Mme la garde des sceaux appelle une réforme de civilisation, avec la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe.

M. Marcel Rogemont. 63 % des Français sont d’accord.

Mme Marie-Louise Fort.

Je fais partie de ceux qui pensent que le mariage est une institution qui articule vie conjugale et vie parentale.

M. Yann Galut. Nous aussi : nous allons l’étendre !

Mme Marie-Louise Fort.

Dans cette sécheresse institutionnelle, s’est invité au fil du temps l’amour mis en avant pour contracter mariage et fonder famille.
 
Je crois à l’amour, ce lien magique entre deux êtres…

Plusieurs députés du groupe SRC. Nous aussi !

Mme Marie-Louise Fort.

…pourvu qu’il soit sincère et heureux. Je récuse dans cette enceinte l’existence d’amours honteuses.
 
Non seulement je reconnais mais je me réjouis qu’on puisse réussir sa vie dans une relation homosexuelle. J’adhère au désir de reconnaissance sociale pleine et entière de ces couples et à leur désir d’exister dans la durée en toute sécurité.

M. Patrick Bloche. Merci pour eux !

M. Yann Galut. Vous êtes trop bonne !

M. Marcel Rogemont. Quelle condescendance !

Mme Marie-Louise Fort.

La société se doit de le reconnaître non pas au nom de la modernité ni même de l’égalité, mais au nom de l’humanité.
 
Il est vrai que neuf pays ont adopté le mariage homosexuel, mais avec des restrictions pour la filiation. Aux États-Unis, neuf états l’ont approuvé par référendum mais dans 31 états, la définition du mariage comme l’union d’un homme et d’une femme a été inscrite dans la Constitution par référendum. C’est exactement ce que nous préconisons avec l’alliance civile que nous appelons de nos vœux.
 
Vous n’avez pas ce souci de précaution. En dépit du million de manifestants dans la rue, peut-être moins si vous voulez, qualifié de « défilé consistant » par le Président de la République, le projet de mariage pour tous touche à la filiation.
 
La philosophe Sylviane Agacinski s’est insurgée et a fait part de son scepticisme sur le projet. Dénonçant un manque de courage, elle considère que vous vous êtes fourvoyés en unissant mariage et adoption.

M. Philippe Gosselin. Excellente philosophe !

Mme Marie-Louise Fort.

Enfin, au nom de je ne sais quelle égalité supposée, vous oubliez la loi naturelle.

M. Patrick Bloche. Qu’est ce que la loi naturelle ?

Mme Marie-Louise Fort.

Vous tournez en dérision l’église catholique en oubliant ou en négligeant que les représentants de toutes les grandes religions monothéistes s’élèvent contre ce projet de loi. On peut respecter cette opinion comme on peut respecter ceux qui parlent.

M. Patrick Bloche. Et la séparation de l’église et de l’État ?

Mme Marie-Louise Fort.

Vous oubliez l’éthique de la médecine. Vous ouvrez la boîte de Pandore que représentent la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui, sans précaution et sans même en mesurer toutes les conséquences.

M. Bernard Roman. Arrêtez !

Mme Marie-Louise Fort.

Je citerai également le sociologue Jean-Pierre le Goff : « Cette grande bataille idéologique est menée au nom de l’égalité. Mais a-t-on le droit de bricoler l’anthropologie au nom de l’égalité ? » (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)
 
Au nom de cette même égalité, a-t-on le droit de violer les consciences ? Je pense à la conscience de vos députés, à qui on a fait savoir qu’on ne voulait voir qu’une seule tête. Cela a conduit très démocratiquement – cela m’a choqué – le Premier Ministre à dire dès dimanche soir : « Le texte sera voté ». Pourtant, l’un des vôtres, Jérôme Lambert, écrit : « le texte m’a conforté dans mon opposition. Je refuse qu’on parle d’égalité à tort et à travers sur des sujets où c’est la diversité qui crée la vie. »
 
Quant à la conscience des maires, je ne veux pas croire aux paroles de circonstance de la part du Président de la République qui promettait aux maires de France, lors de leur dernier congrès, l’introduction d’une clause de conscience. On connaît la suite…
 
À défaut de conscience, reste-t-il un brin de raison à certains ? Je pense à votre richissime soutien, M. Bergé,…

M. Yann Galut. Vous attaquez les riches maintenant ? C’est une honte !

Mme Marie-Louise Fort.

…qui déclarait : « Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l’adoption. Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? »

Mme Cécile Untermaier. C’est hors sujet.

Mme Marie-Louise Fort.

J’espère, madame la garde des sceaux, que vous dénoncerez ici cette assertion dans votre réponse. Je ne suis ni réactionnaire, ni homophobe, ni même ringarde, du moins j’essaie.

M. Yann Galut. On vous laisse libre de vos propos.

Mme Marie-Louise Fort.

Votre loi m’inquiète car il me semble qu’elle dérive tel un bateau ivre jusqu’aux rivages incertains de la loi de la famille. Votre circulaire en est certainement un élément précurseur.
 
Je veux une société apaisée où chacun trouve sa place,...

M. Yann Galut. On ne dirait pas.

Mme Marie-Louise Fort.

…une société respectueuse des différents choix de vie, des orientations sexuelles, une société consensuelle, bref une société fraternelle. Pour moi, c’est cela l’égalité ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Ce site a été actif entre novembre 2012 et mai 2013, pendant les débats sur la loi concernant l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe.
 
Il est, et restera, à disposition de ceux qui le souhaitent pour garder en mémoire les peurs, contre-vérités et attaques de ceux qui y étaient opposés.

Deuxième édition pour Marions-les ! ,le livre gratuit à avoir toujours sur soi, pour ne plus se laisser impressionner par contre-vérités et approximations.


Partager :