Le Mariage pour tous
un site à plusieurs mains, homo et hétérosexuelles, pour lutter contre les peurs et les fantasmes sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe

> Les faits > Egalité & discriminations

« Les opposants au mariage pour tous lutteraient contre l’homophobie »

jeudi 3 janvier 2013

La première homophobie aujourd’hui est celle du gouvernement qui veut que les personnes homosexuelles soient entièrement et seulement guidées par leurs instincts sexuels, ce qui est d’une certaine manière les réifier et nier leur singularité et leur identité personnelle – leur liberté en fait. De plus, l’homosexualité est aujourd’hui instrumentalisée par l’idéologie du genre, pour faire croire que chacun pourrait choisir non seulement son orientation sexuelle, mais encore son « genre », c’est-à-dire son sexe symbolique. C’est une aberration, et cette récupération des personnes homosexuelles est une véritable homophobie.
[La Nef] Frigide Barjot : Tout le monde est bienvenu le 13 janvier

De la même manière que les hétérosexuels ne sont pas "guidés par leurs instincts sexuels" lorsqu’ils souhaitent épouser la personne qu’ils ou elles aiment, certains homosexuels souhaitent simplement faire de même et déclarer publiquement leurs engagements de communauté de vie, fidélité, assistance et soutien.
Loin de "nier leur identité personnelle", il s’agit au contraire de la reconnaître, enfin, et de ne plus les forcer à épouser quelqu’un qu’ils n’aiment pas.

Il ne s’agit pas non plus de nier leur liberté, puisque le principe même de ce projet de loi est d’offrir la possibilité, et rien de plus, à ceux qui le souhaitent de se marier.

Enfin il y a un véritable contre-sens : la "théorie du genre" n’existe pas, mais des réflexions sur le genre. C’est ainsi que les dernières années ont enfin permis aux pères qui le souhaitent d’assumer pleinement leur paternité et prendre un rôle plus actif dans l’éducation quotidienne de leurs enfants, puisque ces recherches ont justement montré que les pères également peuvent changer des couches, donner un biberon, ou jouer avec leurs enfants.

Une dernière chose : cette volonté d’utiliser la notion "d’homophobie" à tort & à travers est non seulement un contre-sens, mais également une injure faite aux véritables victimes d’homophobie qui témoignent trop souvent auprès de SOS homophobie des agressions qu’elles subissent.
Et comment appeler, si ce n’est une discrimination, un projet de société qui refuse la notion que, devant la Loi, malgré nos différences, nous sommes tous égaux ?

Lire aussi :
« Cette loi serait homophobe »

A lire ailleurs :
Définition de homophobie sur wikipedia

Ce site a été actif entre novembre 2012 et mai 2013, pendant les débats sur la loi concernant l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe.
 
Il est, et restera, à disposition de ceux qui le souhaitent pour garder en mémoire les peurs, contre-vérités et attaques de ceux qui y étaient opposés.

Deuxième édition pour Marions-les ! ,le livre gratuit à avoir toujours sur soi, pour ne plus se laisser impressionner par contre-vérités et approximations.


Partager :

|