Le Mariage pour tous
un site à plusieurs mains, homo et hétérosexuelles, pour lutter contre les peurs et les fantasmes sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe

Accueil > Les faits > Egalité & discriminations

Egalité & discriminations

  • « Pourquoi faut-il passer par une loi, alors que cela ne concerne qu’une minorité de couples ? »

    28 décembre 2012

    Le dernier recensement en la matière de l’Insee, datant de 1999, estime que les couples homosexuels représenteraient environ 150 000 personnes. Par ailleurs, selon les estimations de l’Ined, le nombre d’enfants habitant avec un couple de personnes du même sexe tournerait autour de 30 000. Mais ce calcul théorique ne prend pas en compte les couples homosexuels qui n’habitent pas ensemble, ou les gardes alternées des enfants, qui peuvent habiter avec un couple hétérosexuel puis un couple homosexuel. Selon les associations, entre 200 000 et 300.000 enfants seraient concernés par l’homoparentalité.

    Par ailleurs, il ne s’agit pas de créer une loi spécifique, mais simplement de modifier le Code Civil pour que le mariage soit simplement possible entre deux adultes consentants.

    Ce texte étend donc, sans les modifier, les dispositions actuelles du mariage, de l’adoption et de la filiation, en vertu du principe constitutionnel de l’égalité de tous les citoyens devant la loi.

    Tags : Mariage
  • « Il y aurait d’autres réformes à faire, plus urgentes ! »

    28 décembre 2012

    Ce projet de mariage pour les couples homosexuels est d’abord une promesse de François Hollande, qui avait tôt signalé qu’elle serait rapidement réalisée.

    Par ailleurs, cette réforme, qui parle d’égalité de tous devant les institutions de la République, est présentée après de nombreuses réformes fiscales ou économiques déjà votées, et parallèlement à d’autres sujets en cours d’examen.

    Il n’est que voir l’agenda de l’Assemblée Nationale pour se rendre compte de la diversité des travaux actuellement en cours.

    Enfin, les réformes sociales n’ont jamais empêché les autres réformes : par exemple en 1944, en pleine libération de la France, le gouvernement a fait voter l’ouverture du droit de vote aux femmes.

    Tags : Mariage
  • « Après le mariage homo, ce serait la polygamie, l’inceste, la zoophilie... »

    28 décembre 2012

    Pourquoi changer de sujet ? Nous parlons actuellement de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, concentrons-nous donc sur les arguments et les problématiques liées aux couples de même sexe.

    Le mariage des couples de même sexe n’est pas concerné par ces questions. ll n’y a donc aucun intérêt à les évoquer dans le cadre du débat actuel. Si ce n’est bien sûr, personne n’est dupe, dans le but de rabaisser les couples homos en les amalgamant à des pratiques unanimement réprouvées.

    Tags : Mariage
  • « Les opposants au mariage pour tous lutteraient contre l’homophobie »

    3 janvier 2013

    La première homophobie aujourd’hui est celle du gouvernement qui veut que les personnes homosexuelles soient entièrement et seulement guidées par leurs instincts sexuels, ce qui est d’une certaine manière les réifier et nier leur singularité et leur identité personnelle – leur liberté en fait. De plus, l’homosexualité est aujourd’hui instrumentalisée par l’idéologie du genre, pour faire croire que chacun pourrait choisir non seulement son orientation sexuelle, mais encore son « genre », c’est-à-dire son sexe symbolique. C’est une aberration, et cette récupération des personnes homosexuelles est une véritable homophobie.
    [La Nef] Frigide Barjot : Tout le monde est bienvenu le 13 janvier

    De la même manière que les hétérosexuels ne sont pas "guidés par leurs instincts sexuels" lorsqu’ils souhaitent épouser la personne qu’ils ou elles aiment, certains homosexuels souhaitent simplement faire de même et déclarer publiquement leurs engagements de communauté de vie, fidélité, assistance et soutien.
    Loin de "nier leur identité personnelle", il s’agit au contraire de la reconnaître, enfin, et de ne plus les forcer à épouser quelqu’un qu’ils n’aiment pas.

    Il ne s’agit pas non plus de nier leur liberté, puisque le principe même de ce projet de loi est d’offrir la possibilité, et rien de plus, à ceux qui le souhaitent de se marier.

    Enfin il y a un véritable contre-sens : la "théorie du genre" n’existe pas, mais des réflexions sur le genre. C’est ainsi que les dernières années ont enfin permis aux pères qui le souhaitent d’assumer pleinement leur paternité et prendre un rôle plus actif dans l’éducation quotidienne de leurs enfants, puisque ces recherches ont justement montré que les pères également peuvent changer des couches, donner un biberon, ou jouer avec leurs enfants.

    Une dernière chose : cette volonté d’utiliser la notion "d’homophobie" à tort & à travers est non seulement un contre-sens, mais également une injure faite aux véritables victimes d’homophobie qui témoignent trop souvent auprès de SOS homophobie des agressions qu’elles subissent.
    Et comment appeler, si ce n’est une discrimination, un projet de société qui refuse la notion que, devant la Loi, malgré nos différences, nous sommes tous égaux ?

    Lire aussi :
    « Cette loi serait homophobe »

    A lire ailleurs :
    Définition de homophobie sur wikipedia

  • « Ca serait un combat d’idéologues sectaires »

    28 décembre 2012

    Non. C’est une question d’égalité devant la Loi, de droits civiques :
    Aujourd’hui,
    - Un célibataire hétérosexuel peut adopter. A situation égale, un célibataire homosexuel est soumis à l’arbitraire des services d’adoption.
    - Un couple hétérosexuel pacsé peut adopter. Un couple homosexuel n’en a pas le droit.
    - Un couple hétérosexuel qui ne peut pas avoir d’enfant de manière naturelle peut recourir à la procréation médicalement assistée.
    Pas un couple homosexuel, à situation égale par ailleurs (stabilité de couple, projet parental, etc.)
    - Un couple hétérosexuel se voit reconnaitre d’emblée, conjointement, l’autorité parentale, par le Code civil.
    Le même couple, mais homosexuel, doit demander cette autorité conjointe à la justice, et la décision dépend uniquement du juge aux affaires familiales.
    - Un enfant de couple hétérosexuel, par le Code civil, est protégé en cas de décès de l’un de ses deux parents.
    Un enfant de couple homosexuel ne l’est pas, ses parents doivent avoir effectué des démarches judiciaires avant, qui de plus peuvent être facilement contestée par la famille du conjoint disparu.

    Ces disparités ne sont que quelques exemples de situations réellement existantes, que le projet de loi pour l’accès au mariage des couples de même sexe entend gommer.

    Il ne s’agit donc pas de sectarisme idéologique.

    La seule philosophie dont se réclame le projet est celle de l’égalité de droits à situations comparables.

0 | 5

Ce site a été actif entre novembre 2012 et mai 2013, pendant les débats sur la loi concernant l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe.
 
Il est, et restera, à disposition de ceux qui le souhaitent pour garder en mémoire les peurs, contre-vérités et attaques de ceux qui y étaient opposés.

Deuxième édition pour Marions-les ! ,le livre gratuit à avoir toujours sur soi, pour ne plus se laisser impressionner par contre-vérités et approximations.


Partager :