Le Mariage pour tous
un site à plusieurs mains, homo et hétérosexuelles, pour lutter contre les peurs et les fantasmes sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe

> Actualités > Les débats parlementaires > Sénat > Explications de vote et clôture

Clôture par Dominique Bertinotti

Mme Dominique Bertinotti, ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille. Monsieur le président, mesdames, messieurs les sénateurs, nous venons de vivre un moment d’émotion. Christiane Taubira et moi-même en avions déjà vécu un premier lors du vote du texte à l’Assemblée nationale, en voici un second. Il est tout aussi important et tout aussi fort.
 
Le peuple a souvent été convoqué dans cette assemblée au cours des débats. Or respecter le peuple, mesdames, messieurs les sénateurs, c’est d’abord le respecter dans sa diversité. Il n’est plus possible aujourd’hui d’imposer un seul modèle familial à l’ensemble de la société, car il en existe plusieurs. Nos concitoyens, dans leur grande diversité, nous demandent de leur accorder les mêmes droits et les mêmes devoirs. C’est bien nous qui sommes en train de défendre la famille, même si celle-ci présente des visages multiples. Tel est le choix de nos concitoyens. En tant que représentants de l’État, nous devons leur assurer les mêmes droits et les mêmes devoirs.
 
Je me tourne à présent vers Esther Benbassa pour lui dire combien ses propos m’ont touchée. En effet, dans mes fonctions antérieures, en tant que maire d’arrondissement, j’ai connu des situations humaines très proches de celles qu’elle a évoquées avec beaucoup de cœur.
 
J’ai eu l’occasion d’entendre de nombreux homosexuels me faire part de leurs souffrances, de leurs luttes contre eux-mêmes, de leur honte, parce qu’ils vivaient dans une société qui, hier – je l’espère –, tolérait plus les homosexuels qu’elle ne les acceptait. C’est ce qui explique encore, il ne faut jamais l’oublier, le taux de suicide bien trop élevé que l’on connaît chez les jeunes homosexuels.
 
Au fond, cette loi est une façon de leur donner enfin le droit d’exister sereinement, avec une dignité retrouvée. C’est cela qui est à mettre à votre honneur, mesdames, messieurs les sénateurs. Cette loi va leur permettre de ne plus être des clandestins dans leur famille, dans la société, dans la République.
 
Monsieur Raffarin, cette loi n’a vocation ni à assurer le paradis social ni à engendrer l’enfer spirituel. Elle vise simplement à permettre à chacun, quelle que soit son orientation sexuelle, d’être un citoyen à part entière, doté des mêmes droits et des mêmes devoirs.
 
Enfin, madame Des Esgaulx, en conscience, comme fille, comme mère, comme citoyenne, je partage pleinement le propos de cette mère que nous avons auditionnée et qui nous a demandé : « Comment justifier auprès de mes deux garçons, dont l’un est homosexuel, qu’ils n’aient pas les mêmes droits ? ». En conscience, je réponds que rien ne le justifie.
 
Je partage avec vous tous, mesdames, messieurs les sénateurs qui avez voté pour cette loi, une immense fierté, car ce texte est un grand moment, une véritable avancée pour l’ensemble de notre société. (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste, du groupe CRC et du groupe écologiste, ainsi que sur certaines travées du RDSE.)

Ce site a été actif entre novembre 2012 et mai 2013, pendant les débats sur la loi concernant l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe.
 
Il est, et restera, à disposition de ceux qui le souhaitent pour garder en mémoire les peurs, contre-vérités et attaques de ceux qui y étaient opposés.

Deuxième édition pour Marions-les ! ,le livre gratuit à avoir toujours sur soi, pour ne plus se laisser impressionner par contre-vérités et approximations.


Partager :

|