Le Mariage pour tous
un site à plusieurs mains, homo et hétérosexuelles, pour lutter contre les peurs et les fantasmes sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe

> Actualités > Les débats parlementaires > Assemblée Nationale (2e lecture) > Discussion générale

Christian Assaf

M. Christian Assaf. Monsieur le président, madame la garde des sceaux, madame la ministre déléguée chargée de la famille, monsieur le président de la commission des lois, monsieur le rapporteur et cher ami, Erwann Binet, mes chers collègues, il nous revient la responsabilité de débattre, une nouvelle fois, du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe.
 
Responsabilité, voilà un mot qui prend tout sens au moment où une minorité a choisi la radicalisation et va jusqu’à promettre le sang. Il nous appartient donc de ne pas donner de crédit à ceux qui se positionnent délibérément aux frontières du champ républicain.
 
S’il est indispensable de défendre son opinion, à aucun moment nous ne pouvons tolérer, ou encourager, des agissements extrémistes. Face à eux, notre responsabilité est d’assumer notre fonction de parlementaire : celle de légiférer, donc de nous prononcer sur le statut juridique de femmes, d’hommes, d’enfants qui, jusqu’à aujourd’hui, sont des fantômes de notre République !
 
Notre responsabilité prend également tout son sens au moment où l’homophobie connaît un triste regain. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

Mme Claude Greff. C’est vous qui en êtes responsables !

M. Christian Assaf. Gardons à l’esprit que nos débats concernent le quotidien de couples, de familles et d’enfants qui peuvent être heurtés par les caricatures ou les stigmatisations. N’oublions jamais les souffrances de celles et ceux pour qui vivre pleinement leur amour est un combat de chaque jour. Ne nions pas les ravages de l’homophobie et ayons, face à elle, une réponse forte.
 
Cette réponse doit être à la hauteur des appels lancés par l’association le Refuge ou par le Collectif contre l’homophobie qui s’inquiètent de la recrudescence des actes homophobes dans notre pays !
 
Mais notre responsabilité est surtout de poursuivre le cheminement républicain, et donc parlementaire, qui a fait progresser les libertés et l’égalité dans notre pays. Oui, c’est sur ces mêmes bancs que nos pairs ont autorisé l’IVG, dépénalisé l’homosexualité, aboli la peine de mort et créé le pacte civil de solidarité. Et c’est dans les pas de nos illustres prédécesseurs que nous pouvons désormais marcher pour, à notre tour, faire avancer la tolérance et la justice. Car de quoi s’agit-il dans ce projet de loi ?
 
S’agit-il de retirer des droits à une partie de la population ? Non ! Il s’agit simplement d’en donner à une partie de nos concitoyens !
 
S’agit-il d’opposer une partie des Français à une autre ? Non ! Il s’agit simplement de faire progresser l’égalité républicaine car ce sont les inégalités et les discriminations qui mettent à mal l’apaisement de notre société.
 
Avec ce projet de loi, nous répondons de manière juste aux attentes d’une partie de nos concitoyens !
 
Répondre de manière juste, c’est donner des droits à des citoyens à part entière mais qui n’ont pas, dans les mêmes situations, les mêmes droits que d’autres citoyens à part entière.
 
Répondre de manière juste, c’est ne pas maintenir des enfants, des couples et des familles dans l’insécurité.
 
Répondre de manière juste c’est accepter les nouvelles formes familiales qui forment aujourd’hui la société française.
 
Répondre de manière juste c’est reconnaître la force et le rôle du mariage civil, laïc et républicain.
 
Mes chers collègues, notre responsabilité est d’affronter de manière juste les réalités qui traversent notre pays pour faire avancer l’idéal républicain. Voilà le sens et le rôle de ce texte ! (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

Ce site a été actif entre novembre 2012 et mai 2013, pendant les débats sur la loi concernant l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe.
 
Il est, et restera, à disposition de ceux qui le souhaitent pour garder en mémoire les peurs, contre-vérités et attaques de ceux qui y étaient opposés.

Deuxième édition pour Marions-les ! ,le livre gratuit à avoir toujours sur soi, pour ne plus se laisser impressionner par contre-vérités et approximations.


Partager :

|